CÉLIBATAIRE : OU EST LE PROBLÈME ?

Récemment une amie m’a dit, avec des yeux un peu tristounets et compatissants :
« Tu sais avec mon mari, on prie tous les jours pour toi en ce moment. »
J’ai souri et dit merci, mais à l’intérieur j’ai pensé: « Je sais qu’ils prient pour que je me marie. Mais suis-je malade ou éprouvée ou déprimée ? Merci Seigneur, non. »…

Et là, je me suis dit que c’était bien dommage que l’on considère le célibat comme une épreuve.
Je me suis dit qu’il serait urgent que ça change.

Comprenez-moi bien, je suis consciente que plusieurs d’entre nous vivons effectivement notre célibat comme une épreuve, ou tout du moins comme un temps duquel nous aimerions sortir le plus vite possible, et je sais aussi que pour d’autres, la solitude est vraiment difficile à vivre.
Mais j’affirme (et après étude approfondie, je crois pouvoir dire que la Bible l’affirme aussi) que le célibat peut être une période merveilleuse de la vie.
Même si de nombreux chrétiens bien intentionnés mettent en avant l’importance et la beauté du mariage, le fait d’être célibataire ne fait pas de nous des chrétiens de second rang ou des personnes pas encore complètes et accomplies.

J’ai 36 ans et je suis célibataire. Donc croyez-moi, les questions « Quand est-ce que tu nous présentes quelqu’un ? » ou « Franchement, je comprends pas que quelqu’un comme toi soit encore célibataire », je les connais !
Mais loin de moi l’idée de dénigrer ou de parler contre le mariage.
Cet article n’a pas du tout ce but.
Le mariage est bon, et même excellent.
Il est l’image de l’amour inconditionnel que Jésus a pour son Église.

La Bible est d’ailleurs remplie de références au mariage et à cette alliance d’amour entre Dieu et son peuple.
Le mariage est un don précieux et digne d’être célébré.
Mais la question qui demeure est la suivante : le mariage est-il la seule option ? Le célibat n’est-il pas tout autant l’expression d’une vie heureuse et comblée ?

La Bible célèbre le célibat
Le célibat n’est pas réduit à une période d’attente avant de trouver son conjoint.
Non, le célibat est un cadeau de Dieu dont la Bible parle avec honneur. Souvenez-vous des paroles de l’apôtre Paul à l’église de Corinthe : « Je voudrais bien que tout le monde soit comme moi (célibataire), mais chacun reçoit de Dieu son don particulier, l’un le mariage, l’autre le célibat. » (1 Corinthiens 7:7)

Remarquez d’ailleurs que dans ce verset, le célibat, autant que le mariage, est un don, un cadeau, une bénédiction.
C’est la Bible qui le dit, pas moi !
Parfois nous écoutons bien plus les pressions culturelles ou familiales et nos propres désirs que la Parole de Dieu.
Je le redis, le célibat est (ou doit devenir) un don, un cadeau, une bénédiction !

D’autre part, mes chers amis célibataires, laissez-moi vous dire un secret : Il ne vous manque rien.
Vous n’êtes pas incomplets.
En fait, Paul, le premier théologien du Nouveau Testament a dit qu’il préférait que tous soient célibataires, afin qu’ils puissent se dévouer entièrement à l’avancée du Royaume de Dieu.

On oppose souvent à cet argument LE fameux verset préféré de tous les célibataires Genèse 2 :18 « Il n’est pas bon que l’homme soit seul. »
Mais cette affirmation n’est pas un ordre ou une obligation pour tous de se marier, plutôt une confirmation du besoin et du désir inhérents à chaque être humain d’être en relation, et de ne pas être seul.

Cela ne s’exprime pas forcément et uniquement dans le mariage, mais il est vrai que cela souligne l’importance de la communauté et des relations.
Depuis plus de 15 ans de ma vie d’adulte, j’ai eu l’occasion de vivre à l’étranger, de voyager, de partir en mission, de m’engager comme bénévole dans un groupe d’évangélisation par le gospel, de faire de belles et longues grasses-mat’, d’étudier à l’école biblique, d’être disponible pour accompagner de jeunes amies dans la foi, et j’en passe !

Lorsque je me retourne et considère toutes ces années, je ne peux que remercier Dieu.
Certes, j’ai eu aussi des moments de doute (Mais pouuuuurquoi ne suis-je pas mariée ? Suis-je trop grosse, trop charismatique, trop grande, trop ceci ou pas assez cela ?) et des moments où la solitude me pesait (« Je me sens si seule, bouh, et ma voiture vient de tomber en panne, ah si seulement j’avais un mari pour la réparer – oui parce que tous les hommes sont de super mécanos, on le sait bien…)

Mais je vous encourage à vivre cette saison de votre vie avec un regard positif et même reconnaissant.
Parfois, nous sommes tellement occupés à rêver du prince charmant que nous perdons de vue notre présent et toutes les opportunités et bénédictions qu’il contient.
Apprenons à nous satisfaire de ce que Dieu a pour nous aujourd’hui. C’est le meilleur.

Le problème c’est quand on commence à penser « Oh, si seulement j’étais … (complétez !), alors je serais épanoui et comblé. »
Le problème c’est que nous ne le serons pas.
Nous ne pouvons pas attendre qu’une prochaine phase de vie vienne combler notre solitude ou guérir nos blessures.

Alors vivez votre vie, votre vie présente, celle que Dieu souhaite utiliser pour de grandes choses.
Profitez de ce temps pour grandir et être façonné comme jamais auparavant.

Prenez la décision, aujourd’hui, de ne pas laisser ce mensonge du « Quand ça arrivera, alors je serai heureux » s’installer dans vos pensées.
Au contraire, décidez résolument de vivre la vie la plus épanouie qui soit dès maintenant. Utilisez votre temps, votre énergie et votre liberté pour découvrir votre destinée, construire le Royaume de Dieu et aimer votre prochain.

Je peux vous certifier que plus vous serez épanoui dans cette étape de votre vie, plus vous serez épanoui aussi dans la prochaine.
Que celle-ci soit une nouvelle carrière, un mariage, des enfants ou un déménagement. Il est de votre plus grand intérêt de découvrir et aimer ce pour quoi vous vivez aujourd’hui.

Anne Mourot