Lève toi et va de l’avant

open-343297_1280« LÈVE TOI ET VA DE L’AVANT ! »

Samedi et Dimanche Matin, Térésa Conlon, aborde ce thème, au travers de deux messages, qui ont été traduits par Claire Kowalczyk interprète.

SERVIR DIEU EN ESPRIT
(SAMEDI MATIN : Teresa Conlon)
Appuyé par Romains 1/9 et Esther 2
Elle souligne l’importance de servir Dieu « par l’Esprit » :
Dieu nous a créés « corps, âme et Esprit », l’âme étant le siège des émotions, de la volonté, de l’intellect.
Avant de connaître le salut, nous ne fonctionnions que par l’intellect, mais lorsque nous venons à Jésus, nous passons de la mort à la vie, des ténèbres à la lumière, et sommes habilitées à laisser l’esprit de Dieu habiter et œuvrer en nous.
Par son Esprit vivant en nous, nous savons que nous sommes pardonnées, purifiées de nos péchés , acceptées , choisies par Dieu et prises en charge par le même esprit qui ressuscita Christ !
Nous sommes donc rendues capables de le suivre, de porter la vie de Christ en nous, avec des désirs nouveaux, une façon de penser renouvelée, notre ancienne vie est morte : nous percevons, comme au travers d’une fenêtre verticale, que désormais, notre esprit est l’habitation de Dieu : un lieu non corrompu où la nature déchue ne peut agir.
Cela veut-il dire que nous sommes parfaites ? Non bien sûr ! Nous chutons et luttons quelques fois contre l’échec, mais

Par ce que Jésus vit en nous, nous avons le pouvoir de choisir ce qui est juste.

« Celui qui est en moi est plus fort que celui qui est dans le monde » (1 Jean 4/4)
Dieu te dit : « N’abandonne jamais, car j’habite en toi, et je ne t’abandonne pas… je veux transformer ton esprit de crainte en un esprit différent »
Le passé d’Esther était douloureux : elle avait perdu ses parents et s’était construite autour du deuil et de la peine Esther 2/6
Conduite par la crainte, la peur, elle se sentait captive et enfermée. C’est dans cet esprit de captivité qu’elle a été amenée au palais du roi et prise en charge par Hégai, gardien des femmes.
La traduction littérale hébraïque pour « trouva grâce à ses yeux « (v9) est : il l’a protégée, éduquée, lui a apportée une attention particulière, l’a transformée …
Quelle belle image, de ce que l’Esprit de Dieu opère dans nos vies !
Il prend soin de nous, nous transforme, nous témoigne que nous appartenons au Seigneur et nous donne une place de Choix, comme Hégai l’a fait pour Esther :
Nous sommes scellées avec Dieu dans les lieux célestes et le Saint Esprit nous rappelle la position, l’autorité que nous avons en Christ : le péché, l’esprit de crainte, les circonstances difficiles n’ont plus de pouvoir sur nous car nous sommes purifiées par le sang de Jésus, aimées, pardonnées. Acceptons de nous laisser conduire par l’Esprit de Dieu !
A l’instar d’Esther, nous vivons dans une époque dangereuse où les défis sont nombreux : souvent nous ne nous sentons pas à la hauteur, lorsque Dieu nous demande quelque chose !
« Elle n’avait pas cette intimité avec le roi » de même, nous nous sentons souvent inutiles, au sein de nos crises et prenons conscience d’une certaine perte de spiritualité dans nos vies, de communion avec notre Seigneur.
Il ne nous aime pas moins à cause de nos échecs, mais nous rejoins dans nos faiblesses, lorsque nous nous sentons démunies, Jésus appelle toujours les faibles ! Car nous n’agissons pas par nos propres forces, mais par son Esprit

qui agit en nous, nous ne pouvons compter sur nos seules capacités, nos tentatives charnelles ne serons jamais suffisantes.
Comme Esther, l’appel de Dieu se dirige vers nous : « tu dois faire quelque chose, car ta position de reine te le permet »
Esther était de la même nature que nous, une nouvelle nature, dans un esprit de captivité, de rejet et de crainte.
Bien aimée, dans les temps difficiles que nous vivons, Dieu t’a choisie et te demande de vivre, d’agir par l’esprit, son Esprit ! Afin que tu puisses regarder avec les yeux de la foi,
Ce que Dieu peut faire au sein de cette génération qui se perd, car nos fils, nos filles, ont besoin d’être relevés de la mort dans ce pays, il y aura des moments d’attente : mais Dieu nous donnera ses forces.
Comme Esther, nous « demandons » et attendons.
L’ennemi est condamné à la défaite ! Rien n’est impossible à Dieu : RIEN !
Dieu est entrain de lever une génération de femmes qui diront : « oui, j’irai », dans leur faiblesse, non pas par leur propres forces, mais par l’Esprit de Dieu qui agit en elles et qui auront la victoire sur leur ennemi.
Qui marcheront, non dans la perfection, mais au travers d’une marche authentique, avec un Dieu qui les aime, qui se soumettront à lui, et ne se laisseront plus conduire par leurs peurs.
Dieu veut t’emmener vers ces lieux de possibilités.

DIEU UTILISE LES FEMMES
(Dimanche Matin. Teresa Conlon)
« Un jour, je regardais au travers de la fenêtre de ma chambre, un arbre dont les branches étaient complètement nues. Quelle surprise de constater le lendemain matin qu’il était couvert de bourgeons roses ! »
Une image spirituelle s’imposa dans mon esprit : Quelle transformation, Dieu peut faire dans notre vie en un seul jour !
« Ayant été empêchés par le Saint Esprit d’annoncer la Parole dans l’Asie… » : Dans Actes 16, l’Apôtre Paul projetait de se rendre dans une certaine direction : mais le Seigneur lui dit « non « !
Cela nous arrive aussi, n’est-ce pas ? Quelques fois les portes se ferment et Dieu le permet afin que nous apprenions de nos erreurs.
Il est important d’être soumises au Saint Esprit, pour le pas suivant : car indéniablement, Dieu nous indiquera la direction : SA direction. Sa vision !
Paul se rend donc, sous la direction de Dieu, dans…une réunion de femmes ! (Actes 16/13)
Savez-vous que cette réunion de femmes fut à l’origine du premier réveil en Europe ?
Quel encouragement pour nous !
C’est en ce lieu qu’il fut accueilli dans la maison de Lydie, une femme d’affaires qui fût le canal par lequel l’évangile pénétra l’Europe !
Voyez l’impact de l’engagement dans la prière, d’un cœur et d’une maison ouverte !

Dieu est en train de lever des femmes de prière en France qui vont regarder vers lui et savent ouvrir leur cœur, leur maison, afin d’accueillir, d’aimer…

Des femmes de compassion, à l’instar de Lydie pourtant très occupée.
– Paul poursuit ensuite son voyage, une femme possédée par un démon croise sa route et le suit.
Il ne la rejette pas et l’autorise à marcher avec lui :
Nous considérons parfois, certaines personnes comme des problèmes, mais les personnes ne sont pas LE problème !
Dieu délivre, restaure les vies en SON temps : ne soyons pas impatientes, mais respectons le rythme de la marche et du progrès de chacun.

 

COMMENT ALLER DE L’AVANT ?

(Samedi Soir, Stéphanie Reader)

3 clés nous le permettent :
– Savoir où aller.
– Comment y aller.
– Pourquoi y aller.

Savoir où aller :
Gédéon était fixé sur ses faiblesses, ses « pourquoi »
(Juges 6/ 8à14) : « Je suis le plus petit. Le plus pauvre de ma maison… »
Mais Dieu lui dit : « vas avec la force que tu as, n’est-ce pas moi qui t’envoie ?…va, prends la victoire sur les Madianites, je serai avec toi ! »
Ne sommes-nous pas ces « Gédéonnettes » ?
Dieu nous appelle souvent dans nos moments de faiblesse, mais il nous équipe !
Il est nécessaire de demander à Dieu une direction claire pour notre maison, notre ministère, nos défis : qu’une vision fraiche et une conviction profonde de la part de Dieu soit déposée dans notre cœur, afin de savoir où nous allons !
Que nous puissions considérer les possibilités de Dieu avec les yeux de la foi : voir dans l’invisible ce que Dieu peut faire malgré les oppositions, vents et tempêtes qui se lèveront irrémédiablement !

Comment y aller :
Dieu désire que Gédéon réalise qu’Il lui donne la victoire, malgré le grand nombre de soldats dans l’armée adverse (telle des sauterelles) et armés jusqu’aux dents.
Alors qu’il se sent « petit » et démuni, Dieu revêt Gédéon, d’un esprit différent qui provoque la terreur de son ennemi. Il déclare : « Epée pour l’Eternel ! Juges 7/20 », notez bien, qu’ils n’avaient que des trompettes, des cruches et des flambeaux !
Mais il a saisi que l’Eternel était avec lui et que la bataille était gagnée d’avance, non par ses forces, ses capacités, mais par la puissance de Dieu.
Puissions-nous être conscientes de la puissance, dont Dieu nous revêt et la peur que nous inspirons à l’ennemi de nos âmes ?
Si nous recherchons la direction de Dieu, Il changera notre cruche, notre flambeau en épée !
Car Il nous appelle à regarder non à nos capacités, nos limites, mais à Lui ! Le Dieu tout puissant pour qui, rien n’est impossible.
N’oublions pas que Christ n’est pas resté sur la croix et que le même esprit, la même puissance qui a ressuscité Christ est en nous !

Pourquoi y aller ?
Parce qu’autour de nous, le peuple souffre.
Notre génération est pillée, volée par l’adversaire !
(Nos familles, nos mariages sont menacés), il est temps que des Gédéon, des Esther se lèvent pour la justice, la droiture, car le peuple périt.
Il nous faut aller vers cette vision avec un cœur de compassion. Dieu veut que tu te lèves, et que tu fasses la différence autour de toi, n’oublie pas que le Grand Dieu est avec toi !
N’oublie pas que les grands appels, commencent toujours par les petits gestes.

Le Samedi après midi ,
Chacune pouvait choisir d’assister à 2 ateliers parmi les thématiques suivantes :
L’obéissance .
Avec Justine Robichaud.

Célibataire, oui mais comment aller de l’avant ?
Avec Nadine Costa.
Ma vie de femme : Dans quel domaine ai-je besoin d’équilibre ?
Avec Hélène Reynaud.

Atelier de Justine Robichaud :

L’OBEISSANCE DE L’ENFANCE A L’AGE ADULTE
L’obéissance est le moyen que Dieu a choisi pour nous bénir et apporter équilibre et bonheur, au sein de la famille.
Inversement, la désobéissance nourrit l’égoïsme, amène la confusion et nous sépare de Dieu. Il ne faut pas la minimiser car elle amène la rebellion qui est à la naissance du péché, le rejet de Dieu lui-même.
– Il est le fil conducteur par lequel nos enfants seront épanouis, équilibrés et bénis. – C’est aussi un ordre divin : un commandement de Dieu – Elle n’est pas très prônée aujourd’hui : soyons une solution et non un problème au cœur de cette société revendicatrice ! Cependant, personne n’est exempt de cette loi spirituelle : Si nous savons vivre sous autorité, nous aurons de l’autorité, c’est un principe spirituel ! Jésus, notre divin modèle fut lui-même soumis à son père céleste … Jésus veut rétablir cet équilibre dans la famille (Eph 5) et nourrir la cellule familiale au travers de cette autorité. Nous sommes toutes arrivées vers Dieu avec un énorme bagage qui affectera notre perception de l’autorité. Cependant, la volonté de Dieu est de nous assurer la protection au travers d’elle. Au travers de notre comportement, et de la mise en pratique des commandements de Dieu (Esaïe 1/19), nous pourrons enseigner nos enfants à vivre sous autorité. – Nous devons donc INSTRUIRE L’ENFANT (coacher) : lui expliquer, lui parler de façon équilibrée, et lui faire découvrir par lui-même, le bénéfice de l’obéissance, ainsi, il développera son « estime de soi » indispensable à la construction de sa personnalité. – Le préparer à réfléchir et l’amener à acquérir du discernement : il se sentira ainsi « engagé ».

Ne pas nier l’échec ! Au contraire, l’encourager.
– S’assurer d’un suivi : c’est notre responsabilité. – Comprendre pourquoi l’enfant n’obéit pas : trop de choses demandées à la fois ? Manque de dialogue avec lui ? Pourquoi n’est-il pas attentif … – Sommes-nous compréhensibles ? Il est nécessaire pour l’enfant de comprendre ce qui lui est demandé.
Intervenir de suite, en cas de non obéissance, avec patience et amour : il est nécessaire que l’enfant soit compris, il faut atteindre son cœur, ce qui aura une incidence sur ses désirs et ses actions ;
Lui inculquer enfin, des principes de vie (et non des règles légalistes), afin de créer en lui une habitude.
L’objectif final étant d’amener l’enfant à faire des choix, à ce qu’il obéisse, lorsque nous ne sommes pas présents.
Enseigner l’obéissance est l’appel du parent, mais ne soyons pas fatalistes quant à nos incapacités, Dieu
comblera nos lacunes, nous avons besoin de l’aide de Dieu et de son Saint Esprit.

Atelier de Nadine Costa :

CELIBATAIRE, OUI, MAIS COMMENT ALLER DE L’AVANT ?
L’on parle de « saison de célibat » C’est un temps, qu’il faut accepter. Même le célibat est don de Dieu, une grâce. N’oublions pas que Dieu a son plan pour notre vie et que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu : (Romains 8/28) Peut-être as-tu l’impression de traverser un désert ?
« C’est pourquoi, je veux l’attirer au désert, et je parlerai à son cœur, là, je lui donnerai ses vignes…comme une porte d’espérance… » (Osée 2/16)

Dieu veut te conduire à te rapprocher de lui au cours de cette saison et t’amener à sa Parole.
Ce passage dans le désert, peut être un lieu de rupture De ta mentalité d’échec, vers la foi.
Dieu t’ouvrira alors une porte, si tu le places en priorité dans ta vie et retrouves cette communion profonde, Avec lui !
Moise cherchait la révélation et l’attendait, tandis qu’Aaron permit la construction d’un veau d’or !
« Affectionnez-vous aux choses d’en haut…attachez-vous aux choses d’en haut et non à celles qui sont sur la terre… car vous êtes cachés en Christ… » (Colossiens 3/2)

Dieu agira en son temps, si tu cherches sa volonté et sa révélation.
Profite de ce temps pour te former et te tourner vers les autres !

ATELIER D’HELENE REYNAUD
MA VIE DE FEMME : DANS QUEL DOMAINE AI-JE BESOIN D’EQUILIBRE ?
Le bonheur se trouve dans une marche régulière. Il dépend de la façon dont nous marchons. Psaumes 1 : rejeter le mal et rechercher le plaisir de Dieu. Nous pourrions comparer notre marche spirituelle, à l’apprentissage de la marche d’un enfant :
Le cerveau d’un bébé doit maturer, de même, notre « cerveau spirituel » ne peut être déformé par des pensées et paroles mensongères par exemple.
La progression du processus de marche de l’enfant se fait en 2 temps :
– De la tête vers les pieds (Céphalo-caudale)

Ensuite, du centre vers la périphérie et les membres (Céphalo-Distale).
De façon plus pratique : Comment puis-je coordonner ma marche, si ma tête n’est pas bien programmée par l’Esprit de Dieu qui vivifie (Jean 6/63), nous devons marcher selon la pensée de l’Esprit.
2 axes : – Vertical : ma relation avec Dieu.
– Horizontal : les fruits que je peux porter autour de moi.
Ces 2 axes sont complémentaires afin de marcher de façon équilibrée et régulière, malgré les chutes et erreurs.
Considérons l’évolution de la marche de l’enfant :
1) Il s’accroche d’abord aux meubles et a besoin d’un appui : De même, lorsque nous débutons notre marche spirituelle avec Dieu, nous avons besoin des autres (piliers de l’église) : est-ce que j’ai assez d’assurance pour ensuite lâcher mon appui ?
2) Il avance latéralement afin d’affermir ses chevilles.
La marche avec Dieu, n’est pas une course de vitesse mais d’endurance, nous marchons à la cadence que Dieu veut pour nous.
LES DEBUTS DE LA MARCHE :
– Il parvient à se tenir debout sans appui. – Il marche seul, même si sa démarche n’est pas encore assurée. Il est normal que nos débuts soient chancelants. Soyons des modèles pour celles qui avancent doucement mais aussi enseignables, soyons ouvertes et reconnaissons nos limites ! Attention de ne pas « faire marcher les autres ».

Le Seigneur lui-même fait tomber les barrières (1Jean 2/20 et Eph 4/13)
CE QUI PEUT RETARDER LA MARCHE : – La facilité de marcher à 4 pattes. – Chutes entrainant des peurs.
La vie est un exercice périlleux et une série de chutes évitées, des déséquilibres contrôlés si nous nourrissons notre confiance, notre FOI en Jésus.
Il est nécessaire pour cela de puiser notre nourriture spirituelle dans la Parole de Dieu, la communion avec lui (la prière, respiration de l’âme) et d’éliminer le superflu : rejeter tout fardeau en le remettant au pied de la croix.
L’EQUILIBRE DANS NOTRE VIE :
1) Dieu doit rester à la tête, Jésus sera toujours notre modèle et notre priorité : il faut avoir les yeux fixés sur lui pour ne pas perdre l’équilibre. 2) Ma famille, mes relations…L’église n’est pas un ghetto et nous devons nous tourner vers les autres,
entrainer les autres à suivre Jésus, c’est un lieu de ressourcement…
3) Attention de garder cet équilibre entre travail et détente : Dieu s’est reposé (il faut commencer à s’assoir !) 4) Mon équilibre en ce que je dis, ce que je vois et ce que j’entends : je dois penser ce que je dis.
(Équilibre entre paroles et actes)

« Que tout ce qui est vrai et honorable soit l’objet de vos pensées » (Philippiens 4/8)
Christ doit régir nos pensées.
5) Dans notre vie spirituelle : les dons spirituels et les dons naturels sont complémentaires. Il est important de nous soumettre à la direction du Saint Esprit, quelques fois, il peut arriver que Dieu nous demande de mettre nos dons naturels de côté
pendant un temps afin d’écouter sa voix ou au contraire, de le mettre en valeur
NOS MOTIVATIONS POUR LA MARCHE :
– Un but pour ma vie – Conquérir le pays (il est à la tête de mon royaume) – Etre cette femme de valeur que Dieu veut (Prov. 31)
LE BONHEUR SE TROUVE DANS UNE MARCHE REGULIERE AVEC DIEU, AVEC LUI ! ET NOUS POURRONS « ALLER DE L’AVANT ! »

Dimanche, après-midi nous avons eu la joie d’écouter plusieurs témoignages :
– Pasteur Teresa nous expose comment avec son époux, ils ont été conduits dans le ministère. – André Bernard, interprète également de Teresa Conlon, encourage les mères à prier, en donnant son témoignage de conversion et son parcours. – Raymonde Bernard, nous explique la vision que le Seigneur lui a donnée pour les femmes il y a plus de 5 ans, et comment le Seigneur a conduit les débuts de l’association Evénementielles.

Nous avons vécu des moments exceptionnels dans la communion les unes avec les autres, Mais surtout le Seigneur a été fidèle à l’encontre des besoins de chacune ! Nous voulons le remercier, lui donner toute la Gloire et L’honneur ! Nous avons essayé!

 

 

 

 

 

 

 

– Cœur de femmes : Eglises persécutées
– Viens et Vois : Présentant une grande variété de littérature Chrétienne.
– Le Stand de Stéphanie Reader : Proposant coffrets de CD (thématiques variées) et 2 livres Ecrits par Stéphanie, dont le dernier : « Est-il possible ? »
– Evénementielles : Différents objets d’artisanat Vendus afin de pourvoir aux frais inhérents à la conférence.

Chacune a pu goûter aux différentes spécialités régionales apportées par les participantes, et servies par des bénévoles souriantes lors d’un café convivial.

Merci au traiteur du centre et son équipe
Qui nous servi de bons repas très copieux !

Sans oublier la technique !
Un grand merci à Marie et Claude

Une équipe de louange exceptionnelle !
Composée de chantres et musiciens originaires
De différentes régions de France.

Merci Seigneur pour les talents !

Les oratrices ont développé de façon profonde et inspirée,
Un thème ambitieux et plein de promesses :
« LEVE TOI ET VA DE L’AVANT ! »
Samedi et Dimanche Matin, Térésa Conlon, aborde ce thème, au travers de deux messages, qui ont été traduits par Claire Kowalczyk interprète.
Nous les avons synthétisés pour vous, afin que vous soyez encouragées également.

Ces enseignements sont riches et complets :
Prenez le temps de les lire tranquillement !

INFORMATION IMPORTANTE : Ce Mag est en double page, et se lit de gauche à droite :
Bonne lecture !
SERVIR DIEU EN ESPRIT
(SAMEDI MATIN : Teresa Conlon)
Appuyé par Romains 1/9 et Esther 2
Elle souligne l’importance de servir Dieu « par l’Esprit » :
Dieu nous a créés « corps, âme et Esprit », l’âme étant le siège des émotions, de la volonté, de l’intellect.
Avant de connaître le salut, nous ne fonctionnions que par l’intellect, mais lorsque nous venons à Jésus, nous passons de la mort à la vie, des ténèbres à la lumière, et sommes habilitées à laisser l’esprit de Dieu habiter et œuvrer en nous.
Par son Esprit vivant en nous, nous savons que nous sommes pardonnées, purifiées de nos péchés , acceptées , choisies par Dieu et prises en charge par le même esprit qui ressuscita Christ !
Nous sommes donc rendues capables de le suivre, de porter la vie de Christ en nous, avec des désirs nouveaux, une façon de penser renouvelée, notre ancienne vie est morte : nous percevons, comme au travers d’une fenêtre verticale, que désormais, notre esprit est l’habitation de Dieu : un lieu non corrompu où la nature déchue ne peut agir.
Cela veut-il dire que nous sommes parfaites ? Non bien sûr ! Nous chutons et luttons quelques fois contre l’échec, mais

Par ce que Jésus vit en nous, nous avons le pouvoir de choisir ce qui est juste.

« Celui qui est en moi est plus fort que celui qui est dans le monde » (1 Jean 4/4)
Dieu te dit : « N’abandonne jamais, car j’habite en toi, et je ne t’abandonne pas… je veux transformer ton esprit de crainte en un esprit différent »
Le passé d’Esther était douloureux : elle avait perdu ses parents et s’était construite autour du deuil et de la peine Esther 2/6
Conduite par la crainte, la peur, elle se sentait captive et enfermée. C’est dans cet esprit de captivité qu’elle a été amenée au palais du roi et prise en charge par Hégai, gardien des femmes.
La traduction littérale hébraïque pour « trouva grâce à ses yeux « (v9) est : il l’a protégée, éduquée, lui a apportée une attention particulière, l’a transformée …
Quelle belle image, de ce que l’Esprit de Dieu opère dans nos vies !
Il prend soin de nous, nous transforme, nous témoigne que nous appartenons au Seigneur et nous donne une place de Choix, comme Hégai l’a fait pour Esther :
Nous sommes scellées avec Dieu dans les lieux célestes et le Saint Esprit nous rappelle la position, l’autorité que nous avons en Christ : le péché, l’esprit de crainte, les circonstances difficiles n’ont plus de pouvoir sur nous car nous sommes purifiées par le sang de Jésus, aimées, pardonnées. Acceptons de nous laisser conduire par l’Esprit de Dieu !
A l’instar d’Esther, nous vivons dans une époque dangereuse où les défis sont nombreux : souvent nous ne nous sentons pas à la hauteur, lorsque Dieu nous demande quelque chose !
« Elle n’avait pas cette intimité avec le roi » de même, nous nous sentons souvent inutiles, au sein de nos crises et prenons conscience d’une certaine perte de spiritualité dans nos vies, de communion avec notre Seigneur.
Il ne nous aime pas moins à cause de nos échecs, mais nous rejoins dans nos faiblesses, lorsque nous nous sentons démunies, Jésus appelle toujours les faibles ! Car nous n’agissons pas par nos propres forces, mais par son Esprit

qui agit en nous, nous ne pouvons compter sur nos seules capacités, nos tentatives charnelles ne serons jamais suffisantes.
Comme Esther, l’appel de Dieu se dirige vers nous : « tu dois faire quelque chose, car ta position de reine te le permet »
Esther était de la même nature que nous, une nouvelle nature, dans un esprit de captivité, de rejet et de crainte.
Bien aimée, dans les temps difficiles que nous vivons, Dieu t’a choisie et te demande de vivre, d’agir par l’esprit, son Esprit ! Afin que tu puisses regarder avec les yeux de la foi,
Ce que Dieu peut faire au sein de cette génération qui se perd, car nos fils, nos filles, ont besoin d’être relevés de la mort dans ce pays, il y aura des moments d’attente : mais Dieu nous donnera ses forces.
Comme Esther, nous « demandons » et attendons.
L’ennemi est condamné à la défaite ! Rien n’est impossible à Dieu : RIEN !
Dieu est entrain de lever une génération de femmes qui diront : « oui, j’irai », dans leur faiblesse, non pas par leur propres forces, mais par l’Esprit de Dieu qui agit en elles et qui auront la victoire sur leur ennemi.
Qui marcheront, non dans la perfection, mais au travers d’une marche authentique, avec un Dieu qui les aime, qui se soumettront à lui, et ne se laisseront plus conduire par leurs peurs.
Dieu veut t’emmener vers ces lieux de possibilités.

DIEU UTILISE LES FEMMES
(Dimanche Matin)
« Un jour, je regardais au travers de la fenêtre de ma chambre, un arbre dont les branches étaient complètement nues. Quelle surprise de constater le lendemain matin qu’il était couvert de bourgeons roses ! »
Une image spirituelle s’imposa dans mon esprit : Quelle transformation, Dieu peut faire dans notre vie en un seul jour !
« Ayant été empêchés par le Saint Esprit d’annoncer la Parole dans l’Asie… » : Dans Actes 16, l’Apôtre Paul projetait de se rendre dans une certaine direction : mais le Seigneur lui dit « non « !
Cela nous arrive aussi, n’est-ce pas ? Quelques fois les portes se ferment et Dieu le permet afin que nous apprenions de nos erreurs.
Il est important d’être soumises au Saint Esprit, pour le pas suivant : car indéniablement, Dieu nous indiquera la direction : SA direction. Sa vision !
Paul se rend donc, sous la direction de Dieu, dans…une réunion de femmes ! (Actes 16/13)
Savez-vous que cette réunion de femmes fut à l’origine du premier réveil en Europe ?
Quel encouragement pour nous !
C’est en ce lieu qu’il fut accueilli dans la maison de Lydie, une femme d’affaires qui fût le canal par lequel l’évangile pénétra l’Europe !
Voyez l’impact de l’engagement dans la prière, d’un cœur et d’une maison ouverte !

Dieu est en train de lever des femmes de prière en France qui vont regarder vers lui et savent ouvrir leur cœur, leur maison, afin d’accueillir, d’aimer…

Des femmes de compassion, à l’instar de Lydie pourtant très occupée.
– Paul poursuit ensuite son voyage, une femme possédée par un démon croise sa route et le suit.
Il ne la rejette pas et l’autorise à marcher avec lui :
Nous considérons parfois, certaines personnes comme des problèmes, mais les personnes ne sont pas LE problème !
Dieu délivre, restaure les vies en SON temps : ne soyons pas impatientes, mais respectons le rythme de la marche et du progrès de chacun.

Samedi Soir, Stéphanie Reader nous a apporté un message puissant et qui nous a toutes encouragées à « aller de l’avant »
COMMENT ALLER DE L’AVANT ?
3 clés nous le permettent :
– Savoir où aller.
– Comment y aller.
– Pourquoi y aller.

Savoir où aller :
Gédéon était fixé sur ses faiblesses, ses « pourquoi »
(Juges 6/ 8à14) : « Je suis le plus petit. Le plus pauvre de ma maison… »
Mais Dieu lui dit : « vas avec la force que tu as, n’est-ce pas moi qui t’envoie ?…va, prends la victoire sur les Madianites, je serai avec toi ! »
Ne sommes-nous pas ces « Gédéonnettes » ?
Dieu nous appelle souvent dans nos moments de faiblesse, mais il nous équipe !
Il est nécessaire de demander à Dieu une direction claire pour notre maison, notre ministère, nos défis : qu’une vision fraiche et une conviction profonde de la part de Dieu soit déposée dans notre cœur, afin de savoir où nous allons !
Que nous puissions considérer les possibilités de Dieu avec les yeux de la foi : voir dans l’invisible ce que Dieu peut faire malgré les oppositions, vents et tempêtes qui se lèveront irrémédiablement !

Comment y aller :
Dieu désire que Gédéon réalise qu’Il lui donne la victoire, malgré le grand nombre de soldats dans l’armée adverse (telle des sauterelles) et armés jusqu’aux dents.
Alors qu’il se sent « petit » et démuni, Dieu revêt Gédéon, d’un esprit différent qui provoque la terreur de son ennemi. Il déclare : « Epée pour l’Eternel ! Juges 7/20 », notez bien, qu’ils n’avaient que des trompettes, des cruches et des flambeaux !
Mais il a saisi que l’Eternel était avec lui et que la bataille était gagnée d’avance, non par ses forces, ses capacités, mais par la puissance de Dieu.
Puissions-nous être conscientes de la puissance, dont Dieu nous revêt et la peur que nous inspirons à l’ennemi de nos âmes ?
Si nous recherchons la direction de Dieu, Il changera notre cruche, notre flambeau en épée !
Car Il nous appelle à regarder non à nos capacités, nos limites, mais à Lui ! Le Dieu tout puissant pour qui, rien n’est impossible.
N’oublions pas que Christ n’est pas resté sur la croix et que le même esprit, la même puissance qui a ressuscité Christ est en nous !

Pourquoi y aller ?
Parce qu’autour de nous, le peuple souffre.
Notre génération est pillée, volée par l’adversaire !
(Nos familles, nos mariages sont menacés), il est temps que des Gédéon, des Esther se lèvent pour la justice, la droiture, car le peuple périt.
Il nous faut aller vers cette vision avec un cœur de compassion. Dieu veut que tu te lèves, et que tu fasses la différence autour de toi, n’oublie pas que le Grand Dieu est avec toi !
N’oublie pas que les grands appels, commencent toujours par les petits gestes.

Le Samedi après midi ,
Chacune pouvait choisir d’assister à 2 ateliers parmi les thématiques suivantes :
L’obéissance .
Avec Justine Robichaud.

Célibataire, oui mais comment aller de l’avant ?
Avec Nadine Costa.
Ma vie de femme : Dans quel domaine ai-je besoin d’équilibre ?
Avec Hélène Reynaud.

Atelier de Justine Robichaud : L’OBEISSANCE DE L’ENFANCE A L’AGE ADULTE
L’obéissance est le moyen que Dieu a choisi pour nous bénir et apporter équilibre et bonheur, au sein de la famille.
Inversement, la désobéissance nourrit l’égoïsme, amène la confusion et nous sépare de Dieu. Il ne faut pas la minimiser car elle amène la rebellion qui est à la naissance du péché, le rejet de Dieu lui-même.
– Il est le fil conducteur par lequel nos enfants seront épanouis, équilibrés et bénis. – C’est aussi un ordre divin : un commandement de Dieu – Elle n’est pas très prônée aujourd’hui : soyons une solution et non un problème au cœur de cette société revendicatrice ! Cependant, personne n’est exempt de cette loi spirituelle : Si nous savons vivre sous autorité, nous aurons de l’autorité, c’est un principe spirituel ! Jésus, notre divin modèle fut lui-même soumis à son père céleste … Jésus veut rétablir cet équilibre dans la famille (Eph 5) et nourrir la cellule familiale au travers de cette autorité. Nous sommes toutes arrivées vers Dieu avec un énorme bagage qui affectera notre perception de l’autorité. Cependant, la volonté de Dieu est de nous assurer la protection au travers d’elle. Au travers de notre comportement, et de la mise en pratique des commandements de Dieu (Esaïe 1/19), nous pourrons enseigner nos enfants à vivre sous autorité. – Nous devons donc INSTRUIRE L’ENFANT (coacher) : lui expliquer, lui parler de façon équilibrée, et lui faire

découvrir par lui-même, le bénéfice de l’obéissance, ainsi, il développera son « estime de soi » indispensable à la construction de sa personnalité. – Le préparer à réfléchir et l’amener à acquérir du discernement : il se sentira ainsi « engagé ».
Ne pas nier l’échec ! Au contraire, l’encourager.
– S’assurer d’un suivi : c’est notre responsabilité. – Comprendre pourquoi l’enfant n’obéit pas : trop de choses demandées à la fois ? Manque de dialogue avec lui ? Pourquoi n’est-il pas attentif … – Sommes-nous compréhensibles ? Il est nécessaire pour l’enfant de comprendre ce qui lui est demandé.
Intervenir de suite, en cas de non obéissance, avec patience et amour : il est nécessaire que l’enfant soit compris, il faut atteindre son cœur, ce qui aura une incidence sur ses désirs et ses actions ;
Lui inculquer enfin, des principes de vie (et non des règles légalistes), afin de créer en lui une habitude.
L’objectif final étant d’amener l’enfant à faire des choix, à ce qu’il obéisse, lorsque nous ne sommes pas présents.
Enseigner l’obéissance est l’appel du parent, mais ne soyons pas fatalistes quant à nos incapacités, Dieu
comblera nos lacunes, nous avons besoin de l’aide de Dieu et de son Saint Esprit.

Atelier de Nadine Costa : CELIBATAIRE, OUI, MAIS COMMENT ALLER DE L’AVANT ?
L’on parle de « saison de célibat » C’est un temps, qu’il faut accepter. Même le célibat est don de Dieu, une grâce. N’oublions pas que Dieu a son plan pour notre vie et que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu : (Romains 8/28) Peut-être as-tu l’impression de traverser un désert ?
« C’est pourquoi, je veux l’attirer au désert, et je parlerai à son cœur, là, je lui donnerai ses vignes…comme une porte d’espérance… » (Osée 2/16)

Dieu veut te conduire à te rapprocher de lui au cours de cette saison et t’amener à sa Parole.
Ce passage dans le désert, peut être un lieu de rupture De ta mentalité d’échec, vers la foi.
Dieu t’ouvrira alors une porte, si tu le places en priorité dans ta vie et retrouves cette communion profonde, Avec lui !
Moise cherchait la révélation et l’attendait, tandis qu’Aaron permit la construction d’un veau d’or !
« Affectionnez-vous aux choses d’en haut…attachez-vous aux choses d’en haut et non à celles qui sont sur la terre… car vous êtes cachés en Christ… » (Colossiens 3/2)

Dieu agira en son temps, si tu cherches sa volonté et sa révélation.
Profite de ce temps pour te former et te tourner vers les autres !

ATELIER D’HELENE REYNAUD
MA VIE DE FEMME : DANS QUEL DOMAINE AI-JE BESOIN D’EQUILIBRE ?
Le bonheur se trouve dans une marche régulière. Il dépend de la façon dont nous marchons. Psaumes 1 : rejeter le mal et rechercher le plaisir de Dieu. Nous pourrions comparer notre marche spirituelle, à l’apprentissage de la marche d’un enfant :
Le cerveau d’un bébé doit maturer, de même, notre « cerveau spirituel » ne peut être déformé par des pensées et paroles mensongères par exemple.
La progression du processus de marche de l’enfant se fait en 2 temps :
– De la tête vers les pieds (Céphalo-caudale)

Ensuite, du centre vers la périphérie et les membres (Céphalo-Distale).
De façon plus pratique : Comment puis-je coordonner ma marche, si ma tête n’est pas bien programmée par l’Esprit de Dieu qui vivifie (Jean 6/63), nous devons marcher selon la pensée de l’Esprit.
2 axes : – Vertical : ma relation avec Dieu.
– Horizontal : les fruits que je peux porter autour de moi.
Ces 2 axes sont complémentaires afin de marcher de façon équilibrée et régulière, malgré les chutes et erreurs.
Considérons l’évolution de la marche de l’enfant :
1) Il s’accroche d’abord aux meubles et a besoin d’un appui : De même, lorsque nous débutons notre marche spirituelle avec Dieu, nous avons besoin des autres (piliers de l’église) : est-ce que j’ai assez d’assurance pour ensuite lâcher mon appui ?
2) Il avance latéralement afin d’affermir ses chevilles.
La marche avec Dieu, n’est pas une course de vitesse mais d’endurance, nous marchons à la cadence que Dieu veut pour nous.
LES DEBUTS DE LA MARCHE :
– Il parvient à se tenir debout sans appui. – Il marche seul, même si sa démarche n’est pas encore assurée. Il est normal que nos débuts soient chancelants. Soyons des modèles pour celles qui avancent doucement mais aussi enseignables, soyons ouvertes et reconnaissons nos limites ! Attention de ne pas « faire marcher les autres ».

Le Seigneur lui-même fait tomber les barrières (1Jean 2/20 et Eph 4/13)
CE QUI PEUT RETARDER LA MARCHE : – La facilité de marcher à 4 pattes. – Chutes entrainant des peurs.
La vie est un exercice périlleux et une série de chutes évitées, des déséquilibres contrôlés si nous nourrissons notre confiance, notre FOI en Jésus.
Il est nécessaire pour cela de puiser notre nourriture spirituelle dans la Parole de Dieu, la communion avec lui (la prière, respiration de l’âme) et d’éliminer le superflu : rejeter tout fardeau en le remettant au pied de la croix.
L’EQUILIBRE DANS NOTRE VIE :
1) Dieu doit rester à la tête, Jésus sera toujours notre modèle et notre priorité : il faut avoir les yeux fixés sur lui pour ne pas perdre l’équilibre. 2) Ma famille, mes relations…L’église n’est pas un ghetto et nous devons nous tourner vers les autres,
entrainer les autres à suivre Jésus, c’est un lieu de ressourcement…
3) Attention de garder cet équilibre entre travail et détente : Dieu s’est reposé (il faut commencer à s’assoir !) 4) Mon équilibre en ce que je dis, ce que je vois et ce que j’entends : je dois penser ce que je dis.
(Équilibre entre paroles et actes)

« Que tout ce qui est vrai et honorable soit l’objet de vos pensées » (Philippiens 4/8)
Christ doit régir nos pensées.
5) Dans notre vie spirituelle : les dons spirituels et les dons naturels sont complémentaires. Il est important de nous soumettre à la direction du Saint Esprit, quelques fois, il peut arriver que Dieu nous demande de mettre nos dons naturels de côté
pendant un temps afin d’écouter sa voix ou au contraire, de le mettre en valeur
NOS MOTIVATIONS POUR LA MARCHE :
– Un but pour ma vie – Conquérir le pays (il est à la tête de mon royaume) – Etre cette femme de valeur que Dieu veut (Prov. 31)
LE BONHEUR SE TROUVE DANS UNE MARCHE REGULIERE AVEC DIEU, AVEC LUI ! ET NOUS POURRONS « ALLER DE L’AVANT ! »

Dimanche, après-midi nous avons eu la joie d’écouter plusieurs témoignages :
– Pasteur Teresa nous expose comment avec son époux, ils ont été conduits dans le ministère. – André Bernard, interprète également de Teresa Conlon, encourage les mères à prier, en donnant son témoignage de conversion et son parcours. – Raymonde Bernard, nous explique la vision que le Seigneur lui a donnée pour les femmes il y a plus de 5 ans, et comment le Seigneur a conduit les débuts de l’association Evénementielles.

Nous avons vécu des moments exceptionnels dans la communion les unes avec les autres, Mais surtout le Seigneur a été fidèle à l’encontre des besoins de chacune ! Nous voulons le remercier, lui donner toute la Gloire et L’honneur ! Nous avons essayé