La fidélité conjugale

wedding-rings-575058_1920« Que la bonté et la fidélité ne t’abandonne pas » (Proverbes 3.3)

Bien que la fidélité conjugale soit recommandée, exigée, établie comme une nécessite, nous voyons que malheureusement, dans de nombreux récits bibliques, cette fidélité n’as pas été respectée. La pratique de la polygamie par de nombreux patriarches ne fait que souligner, avec plus de force, toutes les limites de la nature humaine.

 

Les dix commandements sont bons et on été donnés pour notre bonheur. Mais force est de constater que notre nature humaine a une triste inclination à ne pas les observer. Les deux commandements concernant la fidélité : (tu ne convoiteras pas la femme – ou le mari – de ton prochain, et tu ne commettras pas d’adultère) ne sont pas plus respecté que les autres.

Que nous soyons religieux ou pas nous savons que la fidélité est une bonne chose. Gérard Mermet remarque : » 93% des Français estiment qu’il est indispensable ou utile d’être fidèle pour réussir pleinement une relation amoureuse » (Francoscopie 99. p.139). Ainsi une très large majorité reconnait le bien-fondé de la fidélité, même si beaucoup ne la vivent pas.

Pour respecter ce commandement, tout comme les autres, nous avons besoin d’être aidé, guidés, protégés et secourus. Pour ce qui est de la fidélité, je dirais même que nous avons doublement besoin d’être aidés, guidés… car nous sommes deux à la vivre ensemble.

forever-717576_1280

La réussite d’un couple fidèle  ne repose pas sur les mérites ou qualités d’un seul mais sur les qualité morales et spirituelles des deux. La fidélité conjugal repose sur les épaules des deux conjoints, chacun a sa partition à jouer pour maintenir l’harmonie. Considérer que seul l’autre porte la responsabilité de la fidélité, c’est augmenter les risques de l’infidélité. La fidélité n’est pas un état atteint une foi pour toutes, la fidélité c’est comme l’amour, elle se travaille, s’entretient, s’enrichit du bonheur de l’autre,. La fidélité perdure lorsqu’on la protège de certains dangers, de certains comportements à risque, de certaines familiarités. « On ne joue pas avec le feu » dit l’adage populaire.

Les séducteurs et les séductrices sont toujours prêt(e)s à entraîner un imprudent qui se croirait invulnérable, comme le décrit, le chapitre 5 du livre des Proverbes.

Paul Calzada.