Recherche:
Evenementielles | La grâce qui répare.
23795
post-template-default,single,single-post,postid-23795,single-format-standard,et_divi_builder,edgt-core-1.0.1,tribe-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,hudson-ver-2.2, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,blog_installed,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.4,vc_responsive,et-pb-theme-hudson,et-db

La grâce qui répare.

Depuis quelques semaines je traine ce sentiment d’échec dans mon cœur. Ce dernier me poursuit, me juge et me rend incapable d’apprécier la situation sous un autre angle.

Je suis dans une période de désert depuis pratiquement un an, une période dans laquelle rien ne pousse. Tout ce que je fais se solde par un échec. Mes moindres efforts récoltent de bien maigres résultats. Toutes les portes se ferment devant moi. C’est comme si le ciel était fermé. Dieu est silencieux.

Je ressasse le passé : « j’aurai pu… », « j’aurai dû … » …etc. Je reviens sur mes erreurs, sur les mauvaises décisions que j’ai prises et je constate avec beaucoup de tristesse et une immense culpabilité les dégâts que mon impatience a causés. Comment vais-je faire pour réparer tout ça ? Orgueil… lol !! Parce qu’en plus je crois que je vais pouvoir tout réparer toute seule.

Le week-end dernier, alors que je rentrais de Paris, et que j’étais plongée dans la lecture du livre du pasteur Joseph Prince « Grace Revolution » (La révolution de la Grâce), Dieu me montre une image. Je vois un enfant triste, assis sur un sol jonché de jouets cassés. C’était lui l’auteur de ce « massacre ».

Cette pensée me traverse l’esprit : que fait un père quand il voit son enfant triste d’avoir cassé tous ses jouets ? La réponse est évidente : Il répare. Et instantanément, je comprends ce que Dieu veut me dire : quelle que soit la situation et ma responsabilité, Dieu ne m’en veut pas. Il n’est pas en colère contre moi. Il attend juste que j’arrête de faire les choses par mes propres forces, de trouver des solutions par impatience, dans la précipitation et sans Lui avoir demander son avis. Il aimerait que je lâche prise et que je cesse de me triturer l’esprit en quête de solutions. Ne nous a-t-il pas dit : « Ne vous inquiétez de rien ; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. » dans Philippiens 4.6. Il sait que l’inquiétude nous éloigne de Lui, de Ses plans, de Sa Volonté parfaite pour nous et nous incite à trouver des solutions bancales par nous-même.  Et finalement nous finissons par regretter d’avoir agi sans Lui.

La Bible dit qu’il n’y a plus aucune condamnation pour ceux qui sont en Christ et que le sang de Jésus a lavé nos péchés. Si Dieu a déjà tout pardonné, pourquoi avons-nous besoin de demander pardon ? Et là je « sens » cette réponse monter dans mon esprit : pour recevoir ce que Jésus a achevé à la croix. C’est pour permettre l’échange divin : laisser la culpabilité et repartir avec la justice de Dieu, laisser nos doutes et repartir avec l’assurance du Lion, déposer nos fardeaux et repartir avec la paix de Dieu, déposer tous nos challenges et nos problèmes et repartir avec des solutions et des stratégies pour vaincre. Waou !! L’échange divin ! Si nous ne demandons pas pardon, cet échange ne peut pas avoir lieu.

Dieu veut que tu viennes le voir avec tous les jouets que tu as cassés. Il veut les réparer. N’hésite plus. Cours vers le Père. Il t’attend pour t’offrir son pardon, te donner une nouvelle pensée, la pensée de Christ et de nouvelles forces pour triompher dans toutes tes épreuves !

Dieu est Grâce. La Grâce qui pardonne, La Grâce qui répare, La Grâce qui fortifie, La Grace qui équipe, La Grâce qui restaure. Cours vers Celui qui est la Grâce !

Marisca

Partager