Recherche:
Evenementielles | Un esprit sain dans un corps sain.
23929
post-template-default,single,single-post,postid-23929,single-format-standard,et_divi_builder,edgt-core-1.0.1,tribe-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,hudson-ver-2.2, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,blog_installed,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.4,vc_responsive,et-pb-theme-hudson,et-db

Un esprit sain dans un corps sain.

Il y a quelques semaines de cela je suis allée avec quelques femmes assister à une conférence « esprit sain dans un corps sain ». Initialement, je n’étais pas très convaincue par le sujet, car je le trouvais vu et revu. Je pensais que je savais à l’avance de quoi allait traiter la conférencière et donc je ne m’attendais à aucune surprise !

Finalement je suis ressortie enrichie, pas forcément par tout ce qui a été dit, parce qu’effectivement il y a beaucoup de choses que je savais en théorie, mais par toutes les réflexions que cela a suscité en moi.

Pourquoi, alors que je prends soin de mon corps, que je mange relativement équilibré, que je fais du sport régulièrement, que je suis en bonne santé, une certaine fatigue m’afflige de temps en temps ?

Pourquoi, alors que je sais dire NON, que je connais mes limites, que je ne me laisse pas facilement influencée par l’avis des autres, mon âme part à la dérive ?

Pourquoi, alors que je prie, que je médite la parole régulièrement, que j’aime Dieu et que je le sers, pourquoi il m’arrive d’être dans le creux de la vague. Pourtant j’ai l’air de bien me nourrir spirituellement parlant !!

 

Et oui je suis bien crée Corps/Ame/Esprit !

 

         _________________________________________________________________________________

Pour être en bonne santé

Première question de la conférencière : de quoi est ce que je dois nourrir mon esprit (partie rationnelle de mon être) ? Les réponses fusent : de la parole de Dieu, de chants de louange, de paroles de foi, d’amitiés choisies qui sauront m’encourager, me valoriser…

Deuxième question : de quoi est ce que je nourris mon âme ? de louange à Dieu, des paroles que l’on m’aura dites, de prières en langues, d’émotions positives…

Troisième question : de quoi est ce que je nourris mon corps ? comment j’en prends soin ? avec de bonnes habitudes alimentaire et d’hygiène, un sommeil nécessaire, un rythme de vie adapté à mes capacités et à mes obligations, avec des activités physiques.

_______________________________________________________________________________________

Ces questions et leurs réponses ont l’air basique, évidente ! et pourtant elles ne m’ont pas convaincue, elles m’ont troublée. Pourquoi ?

Parce que lorsque je traverse le désert, la vallée de l’ombre de la mort, la tempête et bien il me faut plus que des connaissances, il me faut plus que des réponses « faciles ». Toutes ces réponses complètement spirituelles, sensées, intelligentes ne m’ont pas apportée une réponse « practico-pratique » pour les quelques fois ou je suis plus que dans le « mou ».

 

Lorsque je passe par une tempête, il y a plusieurs étapes.

Tout d’abord la surprise : okay, je ne m’y attendais pas (ou pas vraiment). Je me suis laissée surprendre, je n’ai pas pu anticiper. Mais les forces que j’ai pu accumuler pendant mes moments d’intimité avec Dieu vont me porter.

Donc mon esprit combattante, warrior prends le dessus. Satan ne va pas m’atteindre. Dieu est avec moi, qui sera contre moi. Je suis forte par celui qui me fortifie. Dieu peut faire au-delà de ce que je peux imaginer et penser….

Tout ça évidemment, en me nourrissant de la parole, en écoutant des louanges à Dieu, en m’entourant de mes partenaires de prières, en m’encourageant par des psaumes, des paroles de foi, des prédications « vaincre ses goliaths » ou autres thèmes boostant.

Et puis il y a l’incompréhension, mais finalement, pourquoi, quel est le but, pourquoi cette tempête dure-t-elle, pourquoi me fait -elle autant souffrir, qu’est-ce que je dois apprendre, est ce que je dois vraiment passer par là, est ce que j’aurai pu l’éviter, qu’est-ce que j’ai louper … ?

Et à ce moment-là, toutes les bonnes résolutions, les attitudes positives n’ont plus d’effet. Je prie en langues car je ne sais plus comment prier, dans quelle direction intercéder, d’où me viendra le secours ?

Et mon esprit ne nourrit plus mon âme, mon âme est abattue (idées noires, voire suicidaires, émotions négatives, embrouillées), mon corps commence à flancher (fatigue, douleurs musculaires, maux de tête, sommeil agité, pleurs incontrôlés).

Je suis donc resté muet, silencieux. Je me suis tu, mais je n’ai rien gagné, ma souffrance a augmenté. Ps 39 :3

Et pourtant, la parole de Dieu est toujours là, les chants de louange aussi, les amies aussi (et le sport aussi).

Alors je reviens à la parole de Dieu, la seule qui peut me trouver une solution. Et je pense à David et ses psaumes et je découvre des perles. Il n’avait pas le parler en langue, il était donc obligé d’exprimer avec des mots ses maux. Et çà quelques fois je l’oublie.

Mettre des mots sur mes maux.

Car une blessure qui n’est pas reconnue ou qui est négligée est une blessure qui ne peut pas guérir.

Connaissez-vous ce verset :  Ah si je pouvais avoir des ailes de colombe ! je m’envolerai et j’habiterai ailleurs. Je partirai très loin, j’irais habiter au désert. Je trouverai vite un abri contre le vent violent ? contre la tempête. Ps 55 :7 à 9

Ou encore : Seigneur, lève-toi, mon Dieu, sauve-moi ! Oui tu as frappé tous mes ennemis à la mâchoire, tu as cassé les dents des gens mauvais. Ps 3 :8

Je suis abattu et complètement découragé, je passe mes journées dans la tristesse. Ps 38 :7

N’est-ce pas ce que l’on peut ressentir lorsque rien ne va, envie de justice, envie de disparaître, envie de changer d’air….

Exprimer avec des mots ses émotions, dire ce que l’on ressent même si c’est honteux. Arrêter de tout positiver quand mon âme n’en a pas la force.

Avouer. Oser dire. Dire tout haut. Confesser que c’est trop. Soulager son âme. Ouvrir son cœur. Lâcher les mots.

Après avoir vider ses émotions négatives on peut envisager de proclamer des paroles de foi, on peut louer Dieu, le remercier, demander son aide, sa restauration, son soutien. Demander son pardon pour notre petitesse et notre faiblesse, se repentir….

Alors tout cette démarche ne va peut-être pas faire stopper la tempête, mais elle m’aidera à la traverser. Et si chaque jour je dois revenir au pied du Seigneur, et bien il faut absolument que je le fasse, jusqu’à ce que mon esprit soit assez fort pour prendre soin de mon âme, jusqu’à ce que mon âme soit restaurée, jusqu’à ce que mon corps reprenne une bonne santé.

Dieu restaure, Dieu guérit, Dieu nourrit, Dieu fortifie, Dieu me rend plus que vainqueur.

 

Conclusion :

Un esprit saint dans corps un saint

 

 Ps : la conférence et la conférencière étaient excellentes, n’en doutez à aucun moment. Et je vous conseille vivement de l’inviter dans votre église.

 

Rosetta

 

 

Partager