Recherche:
Evenementielles | La contemplation, une clé pour vaincre.
24215
post-template-default,single,single-post,postid-24215,single-format-standard,et_divi_builder,edgt-core-1.0.1,tribe-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,hudson-ver-2.2, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,blog_installed,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.4,vc_responsive,et-pb-theme-hudson,et-db

La contemplation, une clé pour vaincre.

Alors que je me demandais de quoi j’allais parler dans cet article, le sujet s’est imposé à moi comme une évidence. J’ai senti un élan qui venait de mon cœur : « J’ai envie d’encourager une personne qui passe par la maladie. »

Je détestais les hôpitaux jusqu’au jour où j’ai dû m’y rendre pour accoucher de ma fille. Quelle angoisse et quel stress !

L’odeur même de l’hôpital me mettait mal à l’aise. Après cela, je suis passée par différentes épreuves que Dieu a permises afin de me libérer de la peur des hôpitaux et de la peur de la maladie. La dernière en date est l’une des plus marquantes.

Au mois d’octobre 2018, mon corps, plus précisément le côté droit de mon corps, a commencé à montrer des signes inquiétants : engourdissements du bras droit, fourmillements dans la main droite, essoufflements et douleurs dans la poitrine. Ces symptômes se manifestaient de temps à autre. Puis il y a eu ce fameux jour où tout a basculé : je les ai tous ressentis en même temps, ce qui a déclenché une hospitalisation.

Scénario catastrophe : le cœur, les intestins, les reins et la tension montraient de sévères dysfonctionnements. Les médecins ne comprenaient pas ce qui se passait. Sans parvenir à déterminer les causes de tout ce dérèglement, il leur était impossible de me prescrire un traitement. Alors ils y sont allés pas à pas. Chaque jour ils devaient administrer un traitement et l’ajuster au fur et à mesure de mes réactions. Ils tâtonnaient…

Dans cette « agitation », je me suis tournée vers le Seigneur. Il m’a insufflé une force et une paix que je ne m’expliquais pas. Je ne dis pas qu’il n’y a pas eu des moments de doute, de peur et même d’effroi, mais à chaque fois que cela se passait, je me suis accrochée à Lui et j’ai reçu tout ce dont j’avais besoin pour surmonter cette épreuve : de l’amour, de l’encouragement de mes proches, et un excellent suivi médical. Il a tout orchestré pour que je n’abandonne pas.

J’avais cette conviction au fond de moi que tout ceci avait du sens. Cette pensée m’a aidée à refuser d’abandonner, à ne pas céder au découragement. Je ne comprenais pas pour quelle raison je devais passer par là mais il était évident pour moi que je n’étais pas seule. Le Seigneur m’a rappelé, alors que j’allais au bloc opératoire, que « même si je passais par la vallée de l’ombre de la mort Il était là , avec moi».

Aujourd’hui je réalise comment le Seigneur m’a secouru : il m’a fait entrer dans ce processus qui consiste à le contempler et à ne pas détourner mes yeux de lui pendant que je marchais sur l’eau et que la tempête faisait rage. Il a fait en sorte de m’aider à fixer les yeux de mon cœur sur Lui et non sur les circonstances, car à chaque fois que je ne le faisais pas, je sombrais dans la peur, le doute, la panique etc …. Comment a-t-il fait ça ? Il a inspiré mes pensées. Cette conviction qu’il y avait un sens dans tout ça venait de lui, les versets qui me venaient à l’esprit étaient de vraies épées que je devais saisir pour combattre les pensées négatives.

Proverbes 4 verset 23 a été le pilier et la clé victorieuse de cette aventure : Garde ton cœur plus que toute autre chose, car de lui viennent les sources de la vie ! Le Seigneur m’a aidé à garder mon cœur grâce à chacun des versets clés qu’Il a déposé dans mon cœur afin que je puisse les contempler, les méditer, les ressasser, les saisir et vaincre !

Aujourd’hui tout est rentré dans l’ordre. Alors debout ma guerrière, Celui qui est en toi est plus grand que celui qui est dans le monde. Et Il a vaincu le monde, Il a vaincu la maladie et Il veut te conduire dans cette victoire !

Marisca

Partager