Recherche:
Evenementielles | Le bonheur, c’est parfois simple.
24273
post-template-default,single,single-post,postid-24273,single-format-standard,et_divi_builder,edgt-core-1.0.1,tribe-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,hudson-ver-2.2, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,blog_installed,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.4,vc_responsive,et-pb-theme-hudson,et-db

Le bonheur, c’est parfois simple.

J’ai vécu vraiment un petit moment incroyable, hier soir. Un de ces moments que Dieu nous prépare d’avance, un de ces moments parfait parce qu’il vous comble en toutes choses.

En effet, j’ai une connaissance de longue date qui, actuellement, donne des cours de français pour les personnes étrangères de notre commune. Et, dans le cadre de ces cours, ils ont étudié le vocabulaire du corps humain.

Il y quelques temps, elle m’a proposé de « reprendre du service », pour un soir, afin de donner un mini-cours de fitness où ses élèves, adultes, pourraient tester leur vocabulaire « en action ».

Deux ans que je n’ai plus donné de cours, c’était un défi pour moi, d’autant plus qu’il fallait intégrer le côté « dictée » en mouvement !!!

Alors me voilà au rendez-vous, avec mes baskets, mon tutu (mais non… j’ai plus l’âge !!!), mon training préféré, le plus vieux bien sûr (c’est toujours ceux-là que je préfère), mon top pas trop petit, et bien sûr, ma musique !

Et puis, ils ont commencé à arriver : d’Espagne, du Portugal, d’Erythrée, des Philippines, du Kosovo, d’Italie… et mon cœur, lui, gonflait, gonflait…

Je n’ai pas compté, mais je dirai qu’il y avait entre douze et quinze personnes, avec leurs histoires. Toutes différentes, toutes uniques… et mon cœur qui gonflait, gonflait…

Je me suis souvenue que mes parents aussi, un jour, ont été émigrés. Je me suis souvenue que j’ai été étrangère aussi … longtemps, jusqu’au jour où Dieu m’a donné un nouveau passeport, une nouvelle identité : fille de Dieu, citoyenne du Royaume des Cieux !!!

Tout de suite mon cœur a aimé ces gens, ces étrangers. Mais était-ce bien mon cœur où … celui de Jésus, en moi qui vibrais ?!?

Je ne sais pas en 25 ans combien de cours de gym j’ai donné, à combien de personnes. Il y a eu des groupes de foot, des sociétés de gym, des fitness, des cours costumés à carnaval, dans des magasins… et je ne sais plus quoi encore. Mais celui-là, celui de la retraite, il restera dans ma mémoire, gravé dans mon cœur.

Oh, je sais bien, un cours de gym, ça n’a rien de bien « social » ou de bien humanitaire. C’est même plutôt terre à terre, mais … c’est ce que j’avais à donner et … si vous aviez vu ces gens, heureux, motivés, appliqués comme j’avais rarement vu !

Si vous aviez vu leurs sourires, leur plaisir… et « mon ? » cœur qui débordait d’amour et de bonheur. « Mon ? » cœur qui était accueillant comme je ne l’ai jamais connu !

Ça m’a remis les pendules à l’heure ! (Ailleurs, je ne sais pas … mais en Suisse ça se dit !) parce que j’étais revenue à la source. J’avais retrouvé ma première passion, celle qui m’avait poussée à faire ce métier. La passion, non pas pour le mouvement, le sport ou la performance, mais la passion pour la personne, pour le relationnel, pour le contact humain. Le désir de transmettre quelque chose qui pouvait faire du bien, le désir de donner ce que Dieu avait mis en moi … pour l’autre !

J’avais retrouvé ce pour quoi Dieu m’a créée. Ce désir de Dieu en moi d’aller à la rencontre de l’autre, d’aller chercher ceux ou celles qui ont laissé leur identité quelque part derrière eux, ceux ou celles qui cherchent encore un sens à leur vie, ceux ou celles qui ont perdu leurs repères.

J’ai retrouvé le désir d’aller chercher celles qui ont perdu leur identité chrétienne !!!

« Car j’ai eu faim et vous m’avez donné à manger ; j’ai eu soif et vous m’avez donné à boire ; j’étais étranger et vous m’avez accueilli chez vous ; j’étais nu et vous m’avez habillé ; j’étais malade et vous avez pris soin de moi ; j’étais en prison et vous êtes venus me voir.

 “Seigneur, quand t’avons-nous vu affamé et t’avons-nous donné à manger, ou assoiffé et t’avons-nous donné à boire ? Quand t’avons-nous vu étranger et t’avons-nous accueilli chez nous, ou nu et t’avons-nous habillé ? Quand t’avons-nous vu malade ou en prison et sommes-nous allés te voir ?”

Le roi leur répondra : “Je vous le déclare, c’est la vérité : toutes les fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.”  Mathieu 25 :35-40

 

Et bien, des fois, c’est aussi simple qu’un cours de gym, mais c’est ce qu’on a !

Et toi, où en es-tu avec ton identité ? Qui es-tu ?

Et toi, quel désir Dieu a t’il mis dans ton cœur ? Pour qui ou pour quoi vibres-tu ?

Et toi… qu’as-tu à donner ?

 

« …le Seigneur Jésus lui-même a dit : “Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir !” » Actes 20 :35

 

Milvia

Partager