Recherche:
Evenementielles | Articles récents
10842
paged,page-template,page-template-blog-standard,page-template-blog-standard-php,page,page-id-10842,page-child,parent-pageid-10830,paged-3,page-paged-3,edgt-core-1.0.1,tribe-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,hudson-ver-2.2, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,blog_installed,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.4,vc_responsive

Articles récents

Une touche de nous pour connecter avec vous.

Une parure bien lourde.

Il y a quelques mois, j’ai lu un article qui parlait d’un mouton retrouvé après s’être égaré dans le désert australien pendant plusieurs années.

Cet animal  retrouvé portait quasiment son poids en laine.

Cela devait lui demander tellement d’efforts !

Il devait avoir si chaud dans le désert avec toute cette laine !

Le temps que la laine pousse a permis à cet animal de s’habituer à cette parure.

Il a appris à marcher avec, manger avec, dormir avec, vivre avec.

0 Comments
Partager

La tête sous l’eau.

Bon. Voilà. Mon bateau « reconnaissance » a été arrêté. Mais arrêté net. (Mais je te rassure, il n’a pas coulé !)

C’est pas que je ne voulais pas être reconnaissante. C’est pas que je n’essayais pas. J’ai persévéré, chaque jour (ou presque), mais c’est comme s’il y avait une grosse chape noire au-dessus de moi. Une grosse tempête.

0 Comments
Partager

Hello ! Est-ce que tu as bien passé le cap ?

Bien passé le cap. Quelle drôle d’expression. Ça suppose que tu passes d’une tempête ou de quelque chose de difficile à un autre côté où ça devrait se dégager.

Sauf qu’en réalité, tu passes le cap avec ton bateau qui, lui, ne s’est pas déchargé tout d’un coup au douzième coup de minuit (en l’occurrence pour moi ça a été une gastro qui m’a suivie dans la nouvelle année)…

0 Comments
Partager

Un cœur de Noël.

J’ai emballé le premier paquet. J’y ai mis tout ce qui traînait, d’ancien, de douloureux, de ce qui était et qui n’a plus de raison d’être parce que c’est le passé. Mais ce passé parfois refait surface. Je n’ai pas tout de suite compris pourquoi. C’est lorsque je l’ai emballé que j’ai compris. Il fallait que je le recouvre d’un beau papier de reconnaissance et d’un ruban de joie. Le passé ne sera plus.

0 Comments
Partager